Lu dans "DOSSIER FAMILIAL, N° 231, février 1994

 

LA MAISON DU BON AIR

 

De la cave au grenier, la maison dissimule parfois des risques inattendus qui peuvent perturber la santé. Apprenez à les reconnaitre.

Quand les Cazelas ont acquis leur maison, ils ne savaient pas que sur le terrain attenant il y avait eu une fonderie de plomb. Leurs chevaux en sont morts, eux et leurs enfants ont été contaminés. Début novembre, dans le nord de la France, deux cents personnes ont été hospitalisées (et deux sont mortes) victimes d'intoxication à l'oxyde de carbone dues à un appareil de chauffage défectueux. Chaque années des milliers de personnes se rendent malades en bricolant, notamment en inhalant des produits toxiques... Dans une maison, les ennemis de la santé peuvent être plus nombreux qu'on ne l'imagine.

Une pollution insidieuse

On parle beaucoup de pollution extérieure en oubliant que l'air des maisons peut être bien plus pollué. Une pollution insidieuse à prendre en compte puisque nous passons la majeurs partie de notre temps à l'intérieur (60 à 70 % à la maison, 25 % au travail), temps encore plus important pour les jeunes enfants et les personnes âgées. Par souci d'économie d'énergie, l'isolation thermique des bâtiments a été renforcée et leur ventilation réduite. Conséquence : des ambiances confinées propices à la concentration des polluants. Ainsi, l'air des habitations peut être pollué de façon continue, notamment par des matériaux nouveaux qui se révéleront toxiques, ou de façon occasionnelle (cuisson, bricolage...). D'autres éléments influencent la qualité de l'air : température, humidité, air extérieur...

Quels sont les risques ? La pollution intérieure est un problème réel et ses effets sur la santé commencent à être identifiés, comme l'indique une étude du conseil supérieur d'hygiène publique de France (dans le cadre d'un comité d'experts créé en janvier 1991). Ce travail a mis en évidence :

• une augmentation de l'asthme et des allergies et de leur gravité depuis une vingtaine d'années. Cette évolution parait résulter principalement de la présence de plus en plus grande d'allergies biologiques (acariens, pollens...), associés à l'augmentation de la pollution chimique (tabagisme passif, produits de bricolage..).

• le développement respiratoire des enfants (qui se constitue entre le 22e jour de la vie intra-utérine et l'âge de trois ans) est susceptible d'être entravé sous l'influence d'agressions infectieuses ou toxiques.

• l'appareil respiratoire de toute personne peut être sensibilisé à la suite d'un excès de polluants. Une pollution domestique peut entrainer d'autres troubles : migraines, fatigue, vomissements...

Suzanne Déoux, coauteur de "l'écologie c'est la santé", fait remarquer : "Du fait de la grande variété des polluants et de l'intensité des polluants, les risques pour la santé sont divers. La fumée de gigarette, l'amiante... sont cancérigènes. D'autres substances (des bactéries, des champignons...) provoquent des troubles respiratoires. Mais l'imbrication de tous ces facteurs rend imprécise leur relation avec une maladie respiratoire ou un cancer?"

Précautions à prendre.Compte tenu de ces difficultés il vaut mieux être trop vigilent que pas assez. Suivez cette règle simple pour une meilleure qualité de l'air : aérez souvent et entretenez la ventilation par un nettoyage, au moins une fois par an, des prises d'air.

Le traitement du bois

On traite le bois contre les insectes et les champignons avec des produits qui sont très toxiques. Les centres anti-poisons reçoivent de nombreux cas d'intoxications dues aux produits de traitement du bois. C'est pourquoi la commission de sécurité des consommateurs (1) a émis un avis sur leurs risques d'utilisation, notamment de ceux qui contiennent du pentachlorophénol (PCP).

Les professionnels ont un projet de certificat de qualification de ces produits, portant sur les aspects sécurité et efficacité. Une réglementation est en cours d'élaboration, qui interdira certaines substances. En attendant, utilisez ces produits avec précautions.

Quels sont les risques ? Ces produits peuvent provoquer une irritation de la peau, des yeux ou des voies respiratoires, des céphalées, des vertiges, des vomissements. Une intoxication aigüe est susceptible de causer des lésions des reins, du foie. Certaines peuvent entrainer la mort.

Précautions à prendre. Choisissez des produits non toxiques (ne contenant pas de PCP). Si la maison est polluée par ces produits, maintenez un certain degré d'humidité, pour éviter que le PCP ne s'évapore trop vite en ambiance sèche. Aérez et évitez le chauffage excessif. Aspirez souvent la poussière qui s'imprègne de PCP. Enfin, n'entreposez pas d'aliments dans le grenier où la charpente a été traitée.

Bricoleurs soyez prudents

Les travaux de bricolage sont une importante source de pollution et d'accidents. La raison principale en est la mise à disposition du public, sans informations suffisantes, de produits réservés à des industriels. Voici ceux qui présentent des dangers :

• les solvants des peintures, vernis, décapants, etc..(xylène, éthylbenzène).

• les pigments des peintures, qui sont le plus souvent des métaux (plomb, cadmium, chrome), dangereux surtout quand le produit est projeté au pistolet ou vaporisé à l'aide d'un aérosol (de fines particules de peinture peuvent pénétrer dans les poumons);

• les colles contenant notamment de l'éther, quand elles sont étalées en grande quantité.

Tout produit agressif est signalé par une croix noire sur fond orange. Il est alors recommandé de bien lire le mode d'emploi. Des techniques comme le soudage des métaux, le décapage à chaud de surfaces peintes sont d'un maniement plutôt délicat.

Quels sont les risques ? Chez les 45/64 ans, le bricolage-jardinage est responsable de 19 % des accidents domestiques (plaies, contusions, fractures), brûlures, intoxications, électrocutions. Moins graves, vomissements, maux de tête, irritations des yeux, peuvent être provoquées par les vapeurs et particules toxiques des substances utilisées.

Précautions à prendre. Utilisez ces produits dans une pièce aérée. N'appliquez pas par forte température. Portez des lunettes de protection et des gants. Lavez vous les mains et changez de vêtements après utilisation de produits dangereux. Stockez dans un endroit inaccessible aux enfants. Préférez les produits normalisés "NF environnement" (voir DF n° 219) et ceux qui se diluent à l'eau.

Les appareils de chauffage

Les chaudières, chauffe-eau, utilisant bois, gaz, mazout, fioul, charbon et aussi butane ou propane, sont tous susceptibles de produire du monoxyde de carbone s'ils ne fonctionnent pas correctement. Il s'agit d'un gaz léger, très toxique, incolore, inodore, à l'effet asphyxiant, qui se mêle parfaitement à l'atmosphère ambiante.

Quels sont les risques ? Le monoxide de carbone est la première cause de mort par intoxication accidentelle en France. Quant sa concentration dans l'air est faible (0,02 %), celà n'occasionne que des maux de tête, vertiges, fatigue, nausées qui disparaissent si l'on sort dehors. Une plus forte concetration (0,1 %) crée une faiblesse des jambes, provoque la somnolence. Quand arrive la syncope, l'intoxication peut entrainer le décès. Attention ! Ces symptômes sont souvent confondus avec des troubles digestifs ou hépatiques.

Précautions à prendre. Ne bouchez pas les ouvertures d'aération. Entretenez périodiquement appareils et conduits. Le fonctionnement à l'extrême ralenti est particulièrement dangereux. Ne faites jamais marcher un moteur de voiture dans un garage fermé.

Les dangers des isolants

Certains matériaux ou techniques d'isolation mal utilisés se révèlent nocifs. Les dangers de l'amiante (cancer du poumon en cas d'exposition professionnelle) sont connus. C'est pourquoi la technique isolante du flocage à l'amiante est interdite en France depuis 1978, et que des mesures de l'air ambiant sont effectuées dans les bâtiments contenant des matériaux à base d'amiante. Concernant les maisons, lisolation à la mousse urée-formol présente des risques pour la santé : les procédés d'application libèrent du formol, dangereux à certaines doses. A la suite d'accidents (troubles respiratoires, allergies) la commission de sécurité des consommateurs a été saisie. Même si les incidents sont peu nombreux par rapport à la quantité d'isolations réalisées , (1 pour 1000), la commission a rendu un avis où elle invite le fabricant et l'installateur à des précautions d'application. Elle conseille de contrôler le non dégagement de formol avant la livraison de l'habitat, et à plusieurs reprises dans les 24 mois qui suivent. Les mousses urée-formol sont interdites aux USA depuis 1982 et au Canada depuis 1980.

Cette sorte de mousse n'est qu'un cas particulier du problème plus général du formol (formaldéhyde), qui sert à bien d'autres usages. Les revêtements de sol, les bois agglomérés et collés, les planchers vernis, les matières plastiques et la fumée de cigarette sont des sources de formaldéhyde. Sa concentration augmente dans les endroits chauds et mals ventilés, (les cuisines par exemple).

Les fibres minérales artificielles (laine de roche et laine de verre), utilisées comme isolants thermiques ne contaminent pas l'air intérieur quand elles sont enchassées dans des cloisons hermétiques. En revanche, posées en faux plafonds, elles peuvent se retrouver en suspension dans l'air, et ne sont pas alors au dessus de tout soupçon.

Quels sont les risques ? Les effets cliniques (établis dans les cas d'exposition professionnelle) peuvent être respiratoires et cutanés. Suzanne Déoux fait remarquer : "Dans les maisons, le risque existe si les locaux ont une humidité relative élevée; ces matériaux peuvent alors occasionner le développement de champignons et présenter un risque pour des sujets allergiques respiratoires".

Précautions à prendre. Si vous faites construire ou si vous achetez un logement neuf, renseignez-vous sur le procédé d'isolation utilisé, et assurez vous de la qualification de l'installateur. N'acumulez pas les produits à base d'urée-formol. Enfin une bonne ventilation est le seul moyen d diminuer la concentration de tous les polluants intérieur.

Etc...

Page d'accueil / Début de page / Bienvenue / Témoignage / Polluants chimiques / Ventilation /

Effets sur la santé / Solutions / Réglementation / Lu dans la presse / Autres liens / Ecrivez moi /