Lu dans : Environmental Science & Technology, 1 Novembre, 1998, 508A-509A.

Article concernant le lien entre intoxication et les maladies que sont le MCS (Multiple Chemical Sensitivity), le TILT (Toxicant-induced Loss of Tolerance), le CI (Chemical Injuries).

POINT DE VUE

Par NICHOLAS A. ASHFORD ET CLAUDIA S.MILLER

Alors qu'on les croyait sans danger, il est de plus en plus évident qu'une exposition de l'homme aux produits chimiques à de faibles doses peut être nocive. On a établi le lien entre les expositions et des effets biologiques nocifs tels que la perturbation endocrinienne (1), la sensibilité chimique (2) et le cancer (3) . Une sensibilisation acquise par un individu qu'elle soit de naissance ou dûe à l'environnement, suivie par d'autres expositions tout au long de sa vie peut conduire à des dommages irréversibles. Bien que nos premières connaissances scientifiques liées à ces expositions nous incitent à modifier notre façon de voir les choses en ce qui concerne les produits chimiques et la santé, de nouvelles théories mettent malheureusement du temps à émerger

Evolution de la connaissance scientifique

On commence tout juste à reconnaître les liens existants entre les produits chimiques et les nouveaux problèmes de santé publique qui mettent en question les doctrines de la toxicologie et de la médecine traditionnelles. Parmi ces problèmes, citons les anomalies congénitales et autres dommages provoqués par les toxiques sur notre système de développement, les maladies auto-immunes (lupus, schlérose de la peau ), des états chroniques chez l'enfant qui se sont généralisés ces dernières décennies ( manque d'attention, toubles d'hyperéactivité, dépression et asthme), la sensibilité chimique qui empiète sur le syndrôme des bâtiments malsains (sick building syndrome), les maladies inexpliquées des vétérans de la guerre du golfe, le syndrôme de fatigue chronique, la fibromialgie, l'encéphalopathie toxique et les nouveaux types de cancer, y compris les cancers chez l'enfant.

Caractérisation du problème

Ces problèmes de santé émergeants sont caractérisés par des points communs apportant ainsi des perspectives nouvelles en ce qui concerne la maladie.

Nature:

Ils diffèrent de ceux des maladies classiques comme la tuberculose ou les maladies cardiaques. Il semblerait que les organes visés soient les systèmes ou réseaux de communication comprenant le système endocrinien, le système immunitaire et le système nerveux plutôt que des organes spécifiques de notre corps.

Cause:

On n'a pas identifié de cause unique pour chacun de ces états. Bien souvent il n'existe pas de biomarkers, que ce soit pour l'exposition ou pour la maladie.

En conséquence, l'épidémiologie classique ne permet pas d'identifier aussi facilement les sous-groupes prédisposés ou sensibles.

Etapes:

La maladie se manifeste suivant un cheminement en deux étapes ou événements ou plus. Par exemple, certains cancers peuvent apparaitre du fait tout d'abord d'un facteur initiateur- une mutation qui altère le patrimoine génétique de la cellule- suivi par la transformation de cellules cancéreuses en tumeur apparente. Différents produits chimiques, une irradiation ou certains virus peuvent être impliqués dans ces étapes. On a émis l'hypothèse que le TILT (Toxicant-Induced Loss of Tolerance, perte de tolérance déclenchée par les toxiques), une nouvelle théorie de maladie conduisant à la sensibilité chimique, procédait également selon un processus en deux étapes: une exposition initiale à des concentrations élevées de certains produits chimiques (ou des expositions répétées à de faibles concentrations), suivie par un déclenchement des symptômes par les expositions de tous les jours à des produits chimiques à des concentrations qui ne semblent pas affecter la majorité de la population (2).

Durée:

Le temps qui se passe entre le premier stade de la maladie et les stades suivants peut être suffisamment long pour que les liens entre expositions et maladie définitive soient occultés. Le temps de latence d'un cancer dû aux produits chimiques se mesure en années. On peut observer un défaut du système de reproduction des années après une perturbation du système endrocinien. A ce qu'on dit, la sensibilité chimique peut se développer des mois après l'exposition initiale et rester évidente pendant des années. Il apparait que le timing des doses initiatrices a son importance. La perte de tolérance ne nécessite pas toujours une dose initiale élevée. Des doses plus faibles, prises d'une certaine façon, peuvent également provoquer une perte de tolérance pathologique.

Explication non classique:

Ces maladies ne s'expliquent pas par les approches et les modèles classiques qui sont utilisés en toxicologie et en épidémiologie et qui sont basés sur des agents uniques perturbant des organes particuliers. De plus, les liens entre l'exposition initiatrice et les effets définitifs sur la santé ne sont pas monotoniques. Comme celà est débattu dans l'article de Hileman (5), ceci est illustré par les travaux récents de Fred Vom Saal sur les effets de perturbation endocrinienne du biphénile A. La perturbation endocrinienne (ED), le TILT, et quelques cancers plaident pour une anomalie dans les processus fonctionnels et d'adaptation dans des réseaux ou organes importants résultant d'expositions chimiques à des concentrations 3 à 6 fois plus faibles que celles que l'on associe aux toxiques classiques chez les individus normaux. De plus, sont affectés des individus qui sont exposés simultanément à de multiples xénobiotiques à des concentrations qui sont au dessous des valeurs limites, comme c'est le cas dans le syndrôme des bâtiments malsains.

Les processus de la maladie:

La perturbation endocrinienne (ED), le TILT, et certains cancers peuvent être entremêlés. L'ED perturbe le développement normal et peut être le système immunitaire, ce qui a pour conséquence d'augmenter la sensibilité à certains cancers. L'ED peut également toucher le système nerveux conduisant à une augmentation de la prédisposition à la sensibilisation par les produits chimiques. Chez les personnes touchées, le TILT se manifeste lui même comme une perte de tolérance aux expositions de tous les jours aux produits chimiques, à la nourriture et aux médicaments, entrainant peut être une plus grande sensibilisation de ces individus aux autres maladies.Tout comme la catégorie générale des maladies infectieuses qui englobe une gamme de maladies diverses impliquant différents organismes (qui touchent différents organes au travers de différents mécanismes spécifiques de la maladie), le TILT peut être provoqué par différentes expositions à des produits chimiques ( qui, tout comme les maladies infectieuses, peut affecter différents organes par le biais de différents mécanismes spécifiques de la maladie). Avec le TILT, il semblerait que les systèmes clé de notre corps perdent leur capacité d'adaptation à des expositions à de faibles concentrations de produits chimiques. Finalement, le cancer se déclare quand les processus d'adaptation et de régénération ainsi que le système immunitaire ne fonctionnent plus comme ils le devraient, sans que nous ne comprenions pas bien les raisons de cette perte de la fonction de protection.

Canevas de réponse:

Pour élaborer des réponses réglementaires, il est nécessaire de faire une approche de la maladie qui soit orientée vers l'organisme.L'absence de biomarkers clairs et le temps de latence entre les expositions initiatrices et l'apparition de la maladie rend techniquement et réglementairement difficile l'établissement des preuves qui sont nécessaires pour réglementer de nombreux produits chimiques et procédés industriels ou pour apporter une solution au problème des indemnisations. En péchant par prudence, nous devons toutefois adopter le Principe de Précaution (en agissant d'une manière préventive face à l'incertitude).

La mise en pratique du Principe de Précaution demande une éducation de ceux qui détiennent les intérêts économiques, un courage politique et de la conviction. La prise de conscience de l'émergence de nouveaux problèmes - tels que le cancer dû à l'amiante et les effets toxiques du benzène, du plomb et des pesticides qui persistent - n'a commencé qu'avec un apport de preuve bien modeste. La prise de conscience augmente quand elle est étayée par un plus grand nombre d'informations. Les premiers signaux d'alerte ont souvent justifié la mise en garde: Les prédictions sont toujours allées dans le bon sens si elles n'ont pas été minimisées. Malheureusement, on a laissé passer trop de temps avant de mettre en oeuvre les actions de précaution bien qu'elles aient été justifiées et le mal a été fait.

Les produits chimiques qui perturbent le système endocrinien ont déjà provoqué quelques dégâts, mais le fait de reconnaitre qu'il est nécessaire de traiter le problème dès maintenant nous donne l'opportunité d'agir rapidement.Certains aspects de la perturbation endocrinienne ou d'autres dommages ou dégâts systémiques demeurent incertains et les industries susceptibles d'être réglementées s'opposent à des contrôles coûteux. Il est toutefois possible et recommandé d'intervenir rapidement pour empêcher que la prochaine génération d'individus devienne intolérante aux produits chimiques ou qu'elle ait un développement compromis. L'incertitude et les soucis d'économie peuvent apparaitre et poser un dilemne aux législateurs et à ceux qui font la réglementation dans le domaine de l'environnement (ils peuvent refuser de réglementer un produit chimique qui se montre nocif par la suite ou ils peuvent, à grand coût pour l'industrie et les consommateurs, réglementer un produit chimique et s'apercevoir plus tard que ce dernier est sans risque à l'utilisation), mais les produits chimiques potentiellement nocifs devraient être réglementés lorsque une preuve scientifique s'impose, même si elle est imparfaite.

Une réponse réglementaire compatible avec le principe de précaution présente des défis spécifiques: La réglementation doit être harmonisée et coordonnée chez les principaux détenteurs d'intérêts. Il est nécessaire d'avoir un nouveau collectif de commissaires qui soit en harmonie avec les attentes du public et des consommateurs et d'une adhésion des compagnies au Principe de Précaution. Plutôt que servir d'arbitre ou de médiateur dans les conflits entre les détenteurs d'intérêts, le gouvernement doit reprendre son rôle d'administrateur de l'environnement, de la santé publique et de soutien et orienter ses interventions et ses efforts de recherche à toutes les phases des maladies à étapes multiples, par exemple aux agents favorisant le cancer aussi bien qu'à ceux qui le déclenchent. Les représentants des médias doivent décrire avec précision l'évolution complexe des connaissances scientifiques. Les groupes d'intérêt public et les organisations non gouvernementales devraient s'employer à resserrer les liens entre les groupes disparates et continuer leur rôle d'éducateurs et de défenseurs du principe de précaution. La communauté internationale doit s'engager dans un programme de recherche approprié et dans l'établissement d'accords multilatéraux sur l'environnement, comme par exemple une proposition d'interdiction des polluants organiques persistants. Ces accords ne doivent pas conduire à l'interdiction des produits chimiques perturbateurs endocriniens, tout en les remplaçant par d'autres qui ont d'autres effets nocifs ou qui exposent les ouvriers à des risques importants et il faut s'assurer que la stratégie qui consiste à s'occuper des perturbateurs endocriniens ou autres produits chimiques nocifs donne quand même accès aux nations sous-développées aux technologies dont elles ont besoin.

References

(1) Colborn, T; Dumanowski, D.; Myers, J.P. Our Stolen Futurç; Dutton Press: New York, 1996.

(2) Ashford, N. A.; Miller, C. S. Chemical Exposures: Low Levels and High Stakes; Wiley & Sons: New York, 1998.

(3) Davis, D. L.; Telang, N. T.; Osborne, M. P.; Bradiow, H. L. Environ. Health Perspect.1997, 101 (3), 571-576

(4) Kuhn, T. The Structure of Scientific Revolutions, 3rd ed.; University of Chicago Press: Chicago, IL, 1996.

(5) Hileman, B. Chem. Eng. News 1997, 75 (12), 37-38.

Nicholas A. Ashford is a professor of technology and policy at the Massachusetts Institute of Technology, Cambridge.

Claudia S. Miller is an assistant professor of enviroumental and occupational medicine, University of Texas Health Science Center, San Antonio, Tex.

 

 Page d'accueil / début de page / Bienvenue / Témoignage / Polluants chimiques / Ventilation / Effets sur la santé / Solutions / Réglementation / Dernières Nouvelles / Lu dans la presse / Autres liens / Ecrivez moi /